LES MINISTRES À TEMPS PLEIN

Cette parole de Jésus est bien connue « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » Toutefois, le contexte dans lequel se trouve cette vérité est moins connu. Cette parole de Jésus ne se trouve dans aucun des quatre Évangiles. Cette parole de Jésus est citée par l’apôtre Paul lorsqu’il prend parole à une conférence de pasteurs (Ac 20:32-35). Étonnamment, Paul enseigne ces pasteurs à être en mesure de pouvoir donner de l’argent, de l’or et des vêtements à l’église au lieu d’en recevoir de sa part!

ACTES 20

À la lumière de ce que Jésus a dit, les pasteurs devraient-ils gagner leur vie en comptant sur l’église? Dans Actes 20, Paul a donné aux anciens d’Éphèse des instructions précises au sujet de leur devoir d’ancien. Au sujet des finances, Paul a affirmé qu’il n’avait pas convoité l’argent ou l’or de quelqu’un d’autre et qu’en fait, il avait pourvu à ses besoins en travaillant de ses propres mains (20:34-35; comparez avec 18:1 et les versets suivants). Selon l’exemple de Paul, les anciens devaient aussi gagner leur vie en ayant un travail séculier afin d’aider les faibles et mettre en pratique la parole de Christ disant qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Alors, selon Actes 20:32-35, il est clair que les anciens doivent généralement être en mesure de pourvoir financièrement pour l’église et non de recevoir d’elle. D’ailleurs, Actes 20 n’est pas le seul passage qui traite de cette question.

1 CORINTHIENS 9

Qu’en est-il de 1 Corinthiens 9:14 où il est mentionné que ceux qui proclament l’Évangile vivront de l’Évangile? On voit dans 1 Corinthiens 9 qu’il y a au moins trois groupes qui vivaient de leurs ministères à l’époque du Nouveau Testament : les apôtres (9:1-6), les frères du Seigneur (9:5) et les évangélistes (9:14). Selon Paul, plusieurs facteurs combinés justifient cette vérité :

  • la coutume des hommes (un soldat, un gardien de la vigne, un berger), 9:8
  • la loi de Moïse (le boeuf, les sacrificateurs du temple), 9:9-10, 13
  • la logique ou un principe spirituel (semence spirituelle/récolte matérielle), 9:11
  • les paroles de Jésus. 9:14

Simplement selon « la coutume des hommes » (9:8), Paul demande « Qui est-ce qui va jamais à la guerre à sa propre solde? Qui plante une vigne, et ne mange pas de son fruit? Ou, qui paît un troupeau, et ne mange pas du lait du troupeau? » (9:7). La réponse est évidente. Tous gagnent leur vie avec leur travail et il devrait en être ainsi pour les apôtres/ implanteurs d’église/missionnaires/évangélistes.

Ensuite, de la loi de Moïse (9:8-9), Paul cite « Tu n’emmuselleras point le boeuf qui foule le grain. ». En appliquant cela aux apôtres, Paul demande « Est-ce des boeufs que Dieu prend soin? Ou n’est-ce pas réellement pour nous qu’il a dit cela? » (9:9-10). Si le boeuf peut manger grâce à ce qu’il fait, les apôtres peuvent faire pareil! Au verset 9:13, Paul cite l’exemple des sacrificateurs de l’Ancien Testament et demande « Ne savez-vous pas que ceux qui font le service sacré, mangent des choses sacrées, et que ceux qui servent à l’autel, ont part à l’autel? » (9:13).

Paul a aussi souligné l’important principe spirituel de la semence et de la moisson : « Si nous avons semé pour vous les choses spirituelles, est-ce beaucoup que nous moissonnions de vous les charnelles? » (9:11). Paul conclut en disant que c’est un « droit » et affirme « n’en userionsnous pas plutôt? »

Le dernier argument de Paul, ce sont les paroles de notre Seigneur qui «a ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile, de vivre de l’Évangile.» (9:14). Si cela est vrai pour les évangélistes, cela est aussi vrai pour les apôtres.

1 Corinthiens 9 traite spécifiquement des droits des apôtres, ces personnes envoyées par Jésus ou par l’église pour voyager afin d’évangéliser et d’établir des églises (le mot missionnaire n’est jamais employé dans les Écritures; ces personnes étaient appelées des apôtres et des évangélistes). Comme le dit clairement le texte, ces personnes ont « droit » (9:12) à un soutien financier.

Sans qu’on s’y attende, après avoir écrit avec persuasion au sujet des droits des apôtres dans 1 Corinthiens 9, Paul ajoute alors « Mais pour moi, je n’ai usé d’aucun de ces droits, et je n’écris point ceci, afin d’obtenir rien de semblable » (1 Co 9:15). Si Paul n’a pas écrit ceci dans l’espoir que les Corinthiens le soutiennent (1 Co 9:15), alors pourquoi at- il écrit cela? 1 Corinthiens 9 est essentiellement une remarque au passage. Le sujet principal de Paul commence dans 1 Corinthiens 8 et c’est de ne pas être une pierre d’achoppement pour les autres (la nourriture sacrifiée aux idoles, 8:9). Le fait que Paul renonce à son droit à un soutien à temps plein (1 Co 9) démontre jusqu’où Paul était prêt à aller afin « de n’apporter aucun obstacle à l’Évangile » (9:12b, 15). Ensuite, dans 1 Corinthiens 10, Paul reprend son sujet principal en concluant ainsi « Ne donnez aucun scandale, ni aux Juifs, ni aux Grecs, ni à l’Église de Dieu » (1 Co 10:31-32). L’objectif de Paul dans 1 Corinthiens 9 n’est donc pas d’élargir ou de limiter les catégories de gens qui ont droit au soutien de l’église. C’était simplement une illustration. Cela révèle donc que Paul avait une approche très libérale pour ce qui du soutien des ouvriers de l’église : « Est-ce des boeufs que Dieu prend soin? » et « Si nous avons semé pour vous les choses spirituelles, est-ce beaucoup que nous moissonnions de vous les charnelles? ».

Chaque croyant a le privilège et la responsabilité de donner généreusement pour soutenir les missionnaires et les évangélistes. En faisant cela, le donateur participe aussi à l’oeuvre de l’ouvrier chrétien. Sans de tels ouvriers à temps plein, l’avancement du royaume de Dieu serait ralenti. Priez pour de tels ministres. Trouvez des façons créatives de les encourager dans leur oeuvre d’amour. Ayez pour objectif de donner régulièrement pour les soutenir, comme un sacrifice.

Est-ce incorrect d’appliquer ce passage aux anciens? Puisque l’apôtre Paul a renoncé à son « droit » apostolique de « vivre » de l’Évangile (9:15, 18), l’exemple qu’il donne aux anciens d’Éphèse dans Actes 20 semble d’autant plus incitatif (voir aussi 1 Th 2:9; 2 Th 3:7-9). 1 Corinthiens 9 traite spécifiquement des droits des apôtres et non de ceux des anciens. Cependant, basé sur les principes expliqués dans 1 Corinthiens 9, un ancien commettrait-il le péché impardonnable en gagnant sa vie en comptant sur l’église? Bien sûr que non! Sur la seule base d’Actes 20, il semblerait que les pasteurs (anciens) ne recevront généralement pas un soutien financier à temps plein pour leur ministère. Cependant, puisqu’Actes 20 n’est pas le seul passage qui traite de ce sujet, on doit considérer 1 Corinthiens 9 (ci-dessus) ainsi que 1 Timothée 5 (ci-dessous).

1 TIMOTHÉE 5

Timothée, le compagnon de voyage de Paul et un apôtre (1 Th 1:1; 2:6), était temporairement en poste à Éphèse car Paul l’y avait laissé pour mettre un frein aux doctrines étrangères (1 Tm 1:3). Au sujet des mêmes anciens d’Éphèse que dans Actes 20, Paul a écrit que les anciens qui gouvernent bien l’église et qui travaillent fort à la prédication et à l’enseignement sont jugés dignes de quelque chose qu’il appelle un « double honneur » (1 Tm 5:17). En reprenant presque le même raisonnement que dans 1 Corinthiens 9:9 et 1 Timothée 5:18, il affirme : « Tu n’emmuselleras point le boeuf qui foule le grain » et « l’ouvrier est digne de son salaire ». Ce parallèle ne doit pas être négligé. Les implications sont claires.

Honneur signifie-t-il un salaire? Non. Du mot grec time, il signifie premièrement « respect ». Il y a un mot spécifique pour salaire (misthos) et il est notamment employé dans 1 Timothée 5:18 (au sujet des employés), mais pas dans 1 Timothée 5:17 (au sujet des anciens). Time peut parfois signifier prix, mais puisque le prix est ce qui est demandé pour une chose lors d’une vente, cela fait peu de sens dans ce passage (les anciens sontils à vendre?). Le même mot (time) est employé immédiatement après dans 1 Timothée 6:1, « Que tous les esclaves qui sont sous le joug, regardent leurs maîtres comme dignes de tout respect (time) ». Les esclaves paient-ils leurs maîtres? Une application pratique de cet honneur est qu’une accusation contre un ancien ne doit pas être reçue si elle n’est appuyée par plus d’un témoin (1 Tm 5:19). 1 Timothée 5:19 suit la logique des versets 17 et 18 si l’honneur fait référence au respect (une accusation est un déshonneur). Par contre, le lien n’est pas évident si l’honneur fait référence au salaire. Un passage parallèle pertinent est 1 Thessaloniciens 5:12-13 où on commande à l’église de Thessalonique « d’avoir en considération ceux qui travaillent parmi vous, et qui président sur vous selon le Seigneur, et qui vous exhortent, et d’avoir pour eux le plus grand amour, à cause de leur oeuvre ».

Cependant, time est aussi employé tout juste avant le passage au sujet des anciens. Selon 1 Timothée 5:3, on doit rendre honneur aux veuves qui sont véritablement dans le besoin. Cet emploi du mot time signifie évidemment d’accorder à une veuve plus que du respect. L’idée ici, c’est de donner à la veuve de la nourriture, de l’aider avec sa maison et son terrain, de la visiter, de l’héberger si nécessaire et bien sûr de lui donner un soutien financier. Pour Jésus, l’honneur pouvait aussi faire référence au soutien matériel, comme dans Marc 7:10. La loi de Moïse exigeait « Honore ton père et ta mère. » Mécontent envers les chefs religieux du judaïsme, Jésus a dit « Mais vous, vous ajoutez: A moins qu’il n’ait dit à son père ou à sa mère: Tout ce dont je pourrais t’assister est corban, c’est-à-dire, un don consacré à Dieu.

Et vous ne lui permettez plus de rien faire pour son père ou pour sa mère; anéantissant la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie » (Mc 7:11-13). Alors il est possible que d’honorer un ancien puisse signifier de lui donner une offrande d’amour.

Alors pourquoi Paul a-t-il employé le mot time (honneur) au lieu de misthos (salaire) dans 1 Timothée 5:17? Peut-être parce que l’ancien ne doit pas être une sorte de mercenaire pour l’église. Il ne doit pas non plus facturer ses services. Jonathan Campbell a sagement affirmé, « Il y a une différence entre être payé pour faire un travail et être libéré pour faire un travail. »

Au sujet d’une offrande volontaire par opposition à un emploi salarié, Dan Walker a fait cette mise en garde « Les veuves de 1 Timothée 5:3- 16 ne gagnaient pas un salaire, elles recevaient la charité. Et la citation de Luc 10 “l’ouvrier est digne de son salaire” ne signifie pas que les disciples reçoivent un salaire ou un revenu, mais plutôt l’hospitalité (mangez et buvez ce qu’on vous donnera, etc.) Le mot salaire tiré de la citation de l’Ancien Testament (1 Tm 5:18) est évidemment une métaphore (tout comme le boeuf non muselé qui foule le grain est une métaphore). Si vous poussez trop loin la métaphore, vous aurez des ouvriers chrétiens qui mangent de la paille! Pour donner un autre exemple de l’emploi métaphorique du salaire, Paul a écrit aux Corinthiens qu’il avait volé les autres églises afin de ne pas accepter de salaire de la part des Corinthiens. Vines dit que le mot salaire dans 2 Corinthiens 11:8 est manifestement une métaphore, ce qui est vrai bien sûr. Un ouvrier chrétien (que ce soit un apôtre, un prophète, un ancien, un enseignant ou autre) peut bien recevoir des offrandes volontaires de quiconque pour quelque raison que ce soit. On ne peut l’empêcher. Mais dès le moment où un salaire ou un revenu est donné, le principe de l’offrande volontaire pour le service du corps est violé, le principe d’un christianisme sans clergé est violé, la sacrificature de tous les croyants est violée, etc. Je n’y crois pas car cette pratique est vouée à l’échec. La chose la plus infecte dans l’église institutionnelle, c’est tout simplement l’argent. C’est une abomination, un déshonneur non seulement pour Dieu, mais pour la race humaine. Et dès qu’on ouvre la porte à un clergé sous contrat, on est fichu. En conclusion, si Paul avait voulu dire un double salaire dans 1 Timothée 5:17, pourquoi n’a-t-il pas dit double misthos ou double opsonion, deux mots très clairs qui signifient salaire et qui auraient bien exprimé ce qu’il voulait dire? Et s’il voulait dire salaire, pourquoi l’église du premier siècle n’a-t-elle pas suivi son exemple?

Beresford Job, ancien à Londres, fait ce commentaire, « Je crois peu plausible qu’on ait besoin d’un ancien à temps plein à moins qu’il ait un ministère qui dépasse les limites de l’église-maison dont il fait partie. À ce propos, lorsque Paul aborde la question, il suppose que les anciens qui ont besoin de soutien sont particulièrement ceux qui prêchent et enseignent (1 Tm 5:17 et les versets suivants). Cela me pousse à croire qu’il fait référence à ceux parmi les évangélistes et les pasteursenseignants qui font partie d’un des quatre ministères interlocaux mentionnés dans Éphésiens 4:11. J’en conclus donc qu’il y a des hommes qui sont appelés à servir plus d’une église et qui n’auront pas nécessairement le temps d’avoir un emploi séculier en plus. Si l’on suppose qu’ils ne sont pas millionnaires, ou qu’ils n’ont pas d’entreprise qui pourvoit à leur besoin et qui fonctionne bien sans qu’ils aient trop à s’en occuper, ils devront recevoir du soutien d’une autre façon.

Cependant, la contradiction apparente que l’on semble voir dans les Écritures est celle-ci : bien que le laboureur soit digne de son salaire (ces hommes ont des factures à payer et des familles à soutenir), le ministère est néanmoins sans frais et il n’y a jamais quelque mention que ce soit d’emplois salariés dans le Nouveau Testament. En effet, l’idée que les églises embauchent quelqu’un est aux antipodes de l’enseignement de tout le Nouveau Testament. Si quelqu’un se sent appelé à un ministère qui l’empêche d’avoir le temps de gagner de l’argent grâce à un autre emploi, il doit donc croire que le Seigneur pourvoira à ses besoins. Ce sera, bien sûr, par l’entremise d’offrandes volontaires de la part du peuple du Seigneur. Toutefois, celui qui est appelé à un ministère à temps plein ne doit rien faire pour se procurer de l’argent, sans quoi il transgresserait l’enseignement biblique selon lequel tout ministère est sans frais.

Je suis dans le ministère à temps plein depuis vingt-cinq ans et je ne charge rien, je ne fais pas de collecte, je n’ai jamais demandé qu’on fasse une collecte pour moi, je n’ai jamais mentionné les dépenses engagées, je n’ai jamais envoyé de lettre de prière ou fait connaître mes besoins aux autres de quelque façon. Je finance moi-même tout ce que je fais et j’accepte simplement tout ce que je crois que le Seigneur veut que je fasse, que ce soit de me déplacer localement pour enseigner ou d’acheter des billets d’avion pour moi et ma famille afin d’aller servir aux États-Unis. Je sais que si je sers sans frais, le Seigneur pourvoira pour moi et ma famille en réponse aux prières. J’appelle cela “ vraiment vivre par la foi ” en opposition à “ vivre par la foi – et les allusions et les lettres de prière et les collectes ”. »

Il est clair dans les Écritures que chaque croyant des églises locales doit honneur (estime) à tous les anciens et un double honneur (notamment par des dons réguliers) aux anciens qui ont les dons pour la surveillance et l’enseignement. Ceux qui sont bénis par ce ministère spirituel de l’ancien devraient prendre l’initiative de bénir en échange de façon matérielle.

Parmi les chrétiens américains, on se questionne beaucoup si une église-maison doit se constituer en société auprès du gouvernement ou posséder son propre compte en banque. Nous faisons une mise en garde là-dessus. Premièrement, les églises américaines sont déjà exemptes d’impôt selon la Constitution. De plus, tenir un budget d’église et avoir un compte en banque ne fera qu’ajouter une autre chose avec laquelle la chair se débattra. S’il le faut absolument, ce sont les anciens compétents qui devraient se constituer en société en tant que ministère 501c3. De cette façon, on obtient d’être exempt d’impôt, les dons volontaires à l’ancien sont déductibles d’impôt et l’ancien n’est pas un salarié de l’église. Essentiellement, le pasteur-enseignant serait comme n’importe quel frère de l’assemblée qui est travailleur autonome. Comme il a été mentionné plus haut, il faudrait probablement qu’il ait un ministère qui dépasse les limites d’une seule église-maison.

1 PIERRE 5

Qu’a voulu dire Pierre dans 1 Pierre 5:2 lorsqu’il exhorte les anciens à paître le troupeau de Dieu volontairement et non pour un gain honteux? « Gain honteux » vient du seul mot grec aischrokerdos. Aischros signifie honte ou déshonneur et kerdos signifie gain, profit ou avantage. Un terme relié, aischrokerdes, est employé dans Tite 1:7 où on exige des anciens de ne pas être portés au gain déshonnête. Parallèlement, 1 Timothée 3:3 exige que les anciens soient exempts d’avarice. Aischrokerdes est donc pratiquement un synonyme d’être avare. L’avertissement de Pierre suggère qu’un ancien recevait occasionnellement de l’argent pour son ministère et que ce n’était pas une bonne raison d’être ancien pour l’argent!

R.C.H. Lenski a fait remarquer que puisque les anciens avaient souvent deux vocations, Pierre avertissait les anciens de ne pas se servir de leur charge pour tenter de faire des affaires avec les gens de l’église.1 (Combien d’hommes d’affaires se sont joints à la Première Église dans le but d’améliorer leur condition sociale et économique?) On peut aussi voir les paroles de Pierre comme une mise en garde à l’ancien qui connaît déjà le succès dans son travail séculier et ne peut pas vraiment gagner plus d’argent qu’il en fait déjà. Cet ancien doit être prêt à renoncer à travailler plus pour gagner plus d’argent et plutôt donner son temps et son énergie à servir comme évêque.

SYNTHÈSE

Jésus a commandé que ceux qui prêchent l’Évangile (les évangélistes) doivent vivre de l’Évangile. Paul, à l’aide d’une illustration, a appliqué le même principe aux apôtres (1 Co 9). Finalement, en utilisant les mêmes arguments que ceux de 1 Corinthiens 9, il les a appliqués aux anciens compétents (1 Tm 5).

Actes 20 s’adresse aux anciens en général. Normalement, les anciens ont deux vocations et sont donc en mesure de pourvoir financièrement pour l’église, plutôt que de recevoir de sa part. L’exception à cette généralisation est dans 1 Timothée 5, où on fait référence aux anciens qui non seulement « gouvernent bien » (5:17) mais qui aussi « travaillent à la prédication et à l’enseignement ». Bien que les anciens sont dignes d’honneur (1 Th 5:12-13), certains anciens sont dignes d’un double honneur. Ce double honneur fait très probablement référence au soutien financier de l’église. Si l’on tient compte d’Actes 20 et de 1 Timothée 5, on semble aussi suggérer que les anciens dignes d’un double honneur (soutien financier) soient prêts et formés à travailler dans une quelconque vocation séculière si les conditions locales le requièrent (c’est-à-dire, en cas de crise économique, dans les très petites églises, en raison de la persécution, etc.).

MISES EN GARDE

1. Suggérer que chaque croyant est obligé de soutenir ces anciens dignes d’un double honneur (les pasteurs-enseignants) ne signifie pas que ces anciens à temps plein sont en quelque sorte de plus haut rang que les autres anciens. Un ancien peut posséder plus de dons qu’un autre ou avoir plus d’influence, mais il n’y a rien dans le Nouveau Testament au sujet d’un pasteur principal, d’une hiérarchie d’anciens ou d’un évêque présidant sur les autres anciens. Le pasteur-enseignant mentionné dans Éphésiens 4 n’est d’aucune façon responsable de toutes les églises d’une ville. Il est plutôt le serviteur de toutes les églises de la ville.

2. On doit éviter que les anciens (particulièrement ceux dignes d’un double honneur) dominent une réunion inspirée de 1 Corinthiens 14. Si un ancien reçoit un soutien financier qui lui permet d’étudier la Parole, il est possible qu’il ait beaucoup de choses à enseigner et c’est ce à quoi on s’attendra. Dans ce cas, les autres frères ne se sentiront plus aussi libres d’enseigner. Cela négligerait la sacrificature des croyants et enfreindrait l’esprit de 1 Corinthiens 14:26. Ces réunions ne doivent pas être centrées sur un pasteur. L’enseignement en profondeur d’un enseignant ayant un don pour cela devrait plutôt se faire dans une étude biblique en mi-semaine ou bien lors d’une réunion de ministère spéciale.

3. Bien que des anciens compétents peuvent gagner leur vie grâce à leur ministère, il n’y a pas de distinction entre un clergé et les laïcs. L’église entière détient d’une façon générale l’autorité, et non les responsables seulement. Les responsables doivent être des serviteurs humbles et non des seigneurs. Rusty Entrekin fait cette mise en garde : « Bien que nous savons que les pasteurs-enseignants sont censés être des serviteurs et ne font pas partie d’un clergé spécial, ceux qui ne sont pas des pasteurs-enseignants auront tendance à les considérer de cette façon, et ce, en raison de notre pensée d’église institutionnelle moderne et de ses pasteurs professionnels. Même si ce pasteur-enseignant n’a pas cette opinion de lui-même de prime abord, il pourrait facilement, avec le temps, développer cette pensée sans que cela paraisse. Puisque les croyants pieux, sincères et bouillants de la fin du premier siècle et du début du second siècle ont été victimes de cette pensée, imaginez avec quelle facilité la sagesse conventionnelle qui nous presse, les siècles de traditions et la spiritualité tiède nous poussent à cela! Nous devons prendre garde que les sacrificateurs ne soient pas privés des droits que Dieu leur a octroyés, et aussi à les exhorter à ne pas renoncer d’eux-mêmes à ces droits. »

CONCLUSION

Que peut-on conclure au sujet des ouvriers d’église à temps plein? 1. Il n’y a aucun modèle historique dans le Nouveau Testament qui est pour ou contre les anciens à temps plein. Il n’y a pas d’exemple à suivre. Il s’y trouve, cependant, des enseignements explicites sur le sujet.

2. Actes 20 contient un commandement général qui incite les anciens à suivre l’exemple de Paul en pourvoyant à leurs propres besoins afin d’être en mesure de donner de l’argent, de l’or et des vêtements à l’église, plutôt que d’en recevoir de sa part.

3. Tous les anciens sont dignes d’être honorés (estimés), 1 Thessaloniciens 5.

4. Les anciens compétents, ceux qui dirigent et enseignent, sont dignes d’un double honneur (un soutien financier volontaire, 1 Tm 5).

5. Les anciens ne doivent pas être motivés par le désir d’un « gain honteux » tiré de leur ministère (c’est-à-dire, non seulement pour y gagner de l’argent, mais aussi de se servir de leur charge dans le but de faire des ventes ou de trouver des clients), 1 Pierre 5.

6. Chaque membre de l’église doit soutenir financièrement les évangélistes, apôtres et pasteurs-enseignants selon 1 Corinthiens 9 et Timothée 5. C’est une tradition du Nouveau Testament que de soutenir ces gens.

— Steve Atkerson

NOTES

1 R.C.H. Lenski, The Interpretation of the Epistles of St. Peter (Minneapolis, MN: Augsburg Publishing, 1966) 219.

QUESTIONS À DISCUTER

1. Pourquoi Paul a-t-il rappelé aux anciens d’Éphèse qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir (Ac 20)?

2. Selon 1 Corinthiens 9:1-14, quel droit ont tous les apôtres (missionnaires)?

3. Dans 1 Corinthiens 9, quels sont ceux qui comptent sur l’église pour vivre?

4. Pourquoi Paul a-t-il demandé « Si nous avons semé pour vous les choses spirituelles, est-ce beaucoup que nous moissonnions de vous les charnelles? » (1 Co 9:11).

5. De quelle manière avez-vous personnellement obéi au commandement du Seigneur dans 1 Corinthiens 9:14?

6. Selon Romains 15:26-27, que devez-vous à ceux qui vous ont béni spirituellement?

7. De quelle manière avez-vous personnellement obéi à Galates 6:6?

8. Qu’est-ce qui indique dans les passages suivants que Paul n’a pas toujours lui-même pourvu à ses besoins en faisant des tentes (Rm 15:24, 1 Co 16:5-6, 2 Co 1:15-16, 11:7-9, Ph 4:10-19, Phm 22)?

9. Quels anciens sont dignes d’un double honneur (1 Tm 5:17)?

10. Quelles similitudes y a-t-il entre 1 Timothée 5:18 et 1 Corinthiens 9:9- 10? Voir Dt 25:4, Lc 10:7.

11. Qu’est-ce que cela signifie de juger d’un double honneur certains anciens (1 Tm 5:17 et les versets suivants)?

12. Il y a un mot grec précis pour « salaires » (misthos; utilisé dans 1 Tm 5:18). Pourquoi pensez-vous que Paul utilise time (« honneur ») plutôt que misthos dans 1 Timothée 5 :17?

13. Quelles mises en garde fait-on aux anciens dans 1 Corinthiens 2:17 et 1 Timothée 6 :3-5?

14. Qu’a voulu dire Pierre lorsqu’il exhorte les anciens à paître le troupeau de Dieu volontairement et non pour un gain honteux (1 P 5:2)?

15. Est-ce que 1 Pierre 5:1-4 sous-entend qu’en certaines circonstances, il est possible de recevoir de l’argent en tant qu’ancien? Expliquez.

16. Une congrégation typique du Nouveau Testament n’était pas plus grande qu’un salon de taille moyenne (une église-maison). Comment un ancien compétent pourrait-il compter sur une si petite église pour vivre?

17. Quels principes ont été établis par Jean dans 3 Jean 5-8?

18. Que peut-on conclure au sujet des ministres qui sont entièrement soutenus par l’église?